Les mégabassines, ou quand la coupe est pleine ....

Publié le par Sophie COCARD

Le terme de mégabassines désigne ces réserves d'eau agricoles destinées à l'irrigation.

Pour Hugo Clément, journaliste et militant pour le bien-être animal, qui intervenait sur France Inter, " il y a un éléphant au milieu de la pièce et personne ou presque ne semble le voir". En effet, selon lui (et je suis tout à fait d'accord avec son analyse), une autre question se cache derrière ce sujet  : la culture du maïs. En effet, cette plante est très gourmande en eau. Imaginez que le maïs représente à lui seul près de la moitié de toutes les surfaces irriguées dans notre pays !!! On arrose cinq  fois plus de terres pour cultiver du maïs que pour faire pousser tous les légumes frais que nous consommons. 

Bon, mais si cela contribue à mettre du maïs dans nos assiettes, est-ce si grave ? En fait, un tout petit pourcentage de maïs doux sert à la consommation humaine. Les 98 % restants sont du maïs fourrage ou du maïs grain utilisés en très grande majorité à nourrir les animaux d'élevage. Et oui, vous commencez à voir où nous allons arriver .... dans ces énormes élevages :/

En effet, les animaux nourris au maïs sont principalement issus d'élevages intensifs de porcs, de volailles, d'exploitations laitières.

Il faut absolument que nous observions notre système actuel pour le revoir en totalité, à commencer par l'agriculture conventionnelle. Les pesticides ne sont toujours pas bannis et pourtant, c'est une plaie pour les sols, la biodiversité, la santé animale et humaine. Les cultures doivent être totalement repensées afin de ne pas surconsommer d'eau. Il faut interdire ces horribles élevages où sont empilés les animaux  à la manière de simples marchandises (où est le respect de l'animal ? ).

Pour moi, il est impensable d'aller creuser des trous qui permettront d'accumuler de l'eau en saison hivernale pour la réutiliser en saison estivale, afin de favoriser un certain type d'agriculture, quitte à pénaliser les habitants. Et oui, l'utilisation de la ressource par les uns ne doit pas se faire au détriment des autres. D'autant plus qu'on peut se demander si ce système de pompage dans les nappes ne va pas aggraver la perturbation du cycle de l'eau puisque cette sixième limite planétaire a été dépassée. 

Quand on pense que Gérardmer, petite ville située dans les Hautes-Vosges, vient seulement de stopper son pompage dans le lac pour alimenter la ville en eau potable, il faut commencer sérieusement et rapidement à revoir notre rapport à l'eau.  

Tout ceci ne me laisse ni songeuse ni rêveuse. Non, je reste atterrée en voyant que l'homme n'apprend jamais de ses erreurs. Il préfère déplacer le problème et en créer de nouveaux ...

Sophie COCARD. 

 

PS : avez-vous lu l'article Il nous faut de l'eau ! - Tête de linotte (overblog.com) ? J'évoquais déjà la question des mégabassines ....

 

 

 

 

 

 

Publié dans AGRICULTURE, EAU, MEGA BASSINES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article