Dimanche, j'irai voter pour notre Mère la Terre

Publié le par Sophie COCARD

S'il y a un moment où il faut oser regarder la vérité en face, c'est bien aujourd'hui. Le GIEC annonce une fenêtre de trois ans pour faire quelque chose pour le climat. Mais vraiment le faire. Les discours, jusqu'à maintenant, ça n'a pas été très efficace. Tout ce vent, ça ne suffit même pas à alimenter les champs d'éoliennes ....

Quand vous lirez les professions de foi des candidats, vous vous apercevrez que certains ont plus la " fibre " climatique que d'autres. Si vous vous ne vous y retrouvez pas, allez sur le site de Greenpeace France. Le programme de chaque candidat est passé à la loupe par rapport aux mesures climatiques et sociales. C'est vraiment bien détaillé, facile d'accès. 

N'oublions pas que le développement durable relie la protection de l'Environnement, l'équilibre social, et la fonction économique. Cette dernière a désormais engloutit les deux autres notions. Si nous continuons dans ce sens, soyons clairs : le bateau va couler. Personnellement, je n'ai nullement envie d'écoper. 

Ce dont j'ai envie, c'est de continuer à m'émerveiller, de savoir que les personnes que j'aime sont en sécurité, c'est de savoir qu'à travers le monde, les habitants pourront rester sur leur terre et ne pas devenir des réfugiés climatiques.

Comme j'ai envie que notre société parte vers la sobriété, vers le bonheur à retrouver, là où l'argent a tout gommé, que ces grosses usines à animaux disparaissent, que la terre nous donne à nouveau une nourriture saine, riche et exempte de pesticides qui rendent la planète et l'homme de plus en plus malades, que les enfants puissent respirer un air pur sans risquer d'en tomber malade. 

A ce propos, j'ai aussi envie que la maladie, le handicap, visible ou non, ne soient plus des tabous. L'inclusion doit vraiment se faire, pas de façon anecdotique. Et nous ne pourrons reprendre le contrôle de ces maladies émergentes que si nous avons un environnement naturel compatible avec la vie. Vous savez, vivre avec une maladie chronique, ce n'est pas drôle. Je souris mais je dois me battre au quotidien pour avoir une qualité de vie. Non, je n'ai pas une vie normale. Chaque geste est pesé, je dois adapter mes habitudes de vie. Je ne peux rien organiser, prévoir, et ce même sur une courte période. Je vous rassure, je suis heureuse malgré cela. Une question me trotte parfois dans la tête : quelle en est l'origine ? On ne trouve pas d'explication à la fibromyalgie. Et si c'était environnemental ? J'ai le souhait que nous ayons un meilleur cadre naturel pour que ces maladies reculent.

L'argent, c'est utile, on en a besoin pour couvrir nos besoins mais ce n'est pas une fin en soi. Loin de là. Que vaudront nos euros si nous franchissons une température incompatible avec la vie, si la planète est tellement déréglée qu'elle ne pourra plus absorber le résultat des activités humaines, si la biodiversité indispensable à l'équilibre de la vie continue à s'effondrer ?

 

Sophie COCARD. 

 

Publié dans A NOS ACTES CITOYENS !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Premier tour, vote utile. Oui, bien sûr, l'unique programme de nos candidats devrait être le sauvetage de notre planète !
Répondre