Cherche graines d'amour pour un monde plus beau

Publié le par Sophie COCARD

Le 14 février, la Saint Valentin célèbre l'amour. Et pourtant, y-a-t-il encore beaucoup d'amour sur cette planète ?

Cela n'a pas pu vous échapper. Les journaux évoquent depuis plusieurs jours de graves dysfonctionnements dans des EPAHD. Cela a choqué. Evidemment. Nos ainés méritent le respect. Mais ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres : le quotidien n'est fait que de ce marécage d'inattention à l'autre. 

Une voiture se gare sur un passage protégé, sur le bateau d'un trottoir voire même sur le trottoir lui-même pour en faire une place de parking, et là, c'est une situation qui se complique pour le piéton, la personne handicapée, le livreur, la mère de famille et sa poussette. Cette difficulté de circulation avait d'ailleurs été évoquée il y a quelques semaines de cela par l'APF via une campagne de sensibilisation. De même, les Ouïghours continuent à souffrir sous le joug chinois, surexploités, maltraités, enfermés. Mais les jeux olympiques se déroulent à Pékin, comme si la neige, de son manteau immaculé, allait recouvrir cette honte. J'ai regretté que seule la présidence de quelques pays boycotte cet événement. Cette fois-ci, contrairement aux autres rendez -vous des hauts sportifs, je n'ai pas suivi la cérémonie d'ouverture. Et je ne suivrai aucun des événements de ces prochains jours. 

L'humain peut être d'une insensibilité ou d'une cruauté envers son prochain. Mais il n'a pas davantage de respect pour toute forme du vivant. On le voit quotidiennement lorsque les déchets sont allègrement abandonnés, et peu importe qu'ils arrivent dans les océans, en pleine campagne, dans l'estomac d'un animal. En août dernier, des photographes amateurs voyageant en bateau ont remarqué du mouvement sur une île, Kolioutchine, située au nord-est de la Russie alors qu'elle est censée être déserte. En explorant l'île depuis leur embarcation, à l'aide d'un drone, ils ont découvert des habitants : des ours qui ont pris possession d'une ancienne station météorologique russe, abandonnée depuis les années 90. L'humain a évidemment laissé sa trace : lors de son départ, il a abandonné deux millions de tonneaux vides !!! Nous ne reviendrons pas sur ce geste honteux et plein de violence de ce footballeur qui a trouvé apparemment amusant de donner un coup de pied et une gifle à un de ses chats. Consternant. Je n'évoquerai pas ces animaux abandonnés aujourd'hui alors qu'ils occupaient les journées de leurs propriétaires pendant les confinements.

C'est dramatique. Nous n'avons plus de respect pour les uns ou pour les autres, pour le Vivant, pour la Planète.

Comment cela, il n'y a rien à faire puisque c'est allé trop loin, et que ces comportements font partie du décor ? Pas d'accord ! A n'importe quel problème, sa solution. Quand le problème est trop gros pour soi, on se regroupe. Mais cela passe aussi par des comportements individuels. Et un bonjour et un sourire semblent être un bon début. Parce que c'est visiblement passé de mode. D'ailleurs, heureusement qu'il n'existe pas de commerce de la politesse sinon il aurait fait faillite depuis longtemps ...

Sophie COCARD

PS : l'une des photos de Dmitry Kokh a été récompensée par un concours du National Geographic. Si vous n'avez pas encore vu ses clichés, allez vite fouiller sur internet. C'est bluffant. Voir des têtes d'ours à la fenêtre de cette station délabrée, il y a quelque chose qui interpelle. 

C'est une belle journée ? Je vais me coucher. (désolé, j'ai un peu détourné le titre d'une chanson de Mylène Farmer). Photo : Sophie COCARD

C'est une belle journée ? Je vais me coucher. (désolé, j'ai un peu détourné le titre d'une chanson de Mylène Farmer). Photo : Sophie COCARD

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article