Et la folie de l'Homme, elle se traite comment ?

Publié le par Sophie COCARD

La rentrée, c'est le retour des jeux à la récréation, des tâches d'encre sur les doigts, de l'apprentissage des tables de multiplication ... et des mauvaises idées. 

En France, en septembre 2018, suite à l'adoption de la loi Biodiversité de 2016, des produits phytosanitaires très dangereux ont été interdits. Il s'agit de biocides appelés néonicotinoïdes. Ils ont été pointés du doigt par les apiculteurs pour expliquer le syndrome d'effondrement des colonies d'abeilles. Il faut dire que ce puissant insecticide (quelques grammes suffisent pour traiter une parcelle d'un hectare) attaque le système nerveux de ces petits pollinisateurs. Mais vous imaginez bien que si les abeilles sont affectées, il en est de même pour d'autres animaux tels que le ver de terre, la taupe par exemple. 

Ce produit (pour parler proprement ...) a une faible biodégradabilité et évidemment, la molécule s'infiltre dans les sols. Et devinez quoi ? C'est toute la chaîne du vivant qui est impactée, que ce soit par les sols, l'eau, la chaîne alimentaire, et l'espèce humaine n'y coupe pas. Des études parlent de risques  sur la santé humaine: augmentation du risque d'autisme, troubles de la mémoire, risques de malformation congénitale du coeur, problèmes neurologiques, perturbations endocriniennes, etc...

Récemment, tout ceci a été mis de côté en donnant des dérogations (qui prendront effet au printemps 2021) pour traiter les champs producteurs de betteraves sucrières, à cause d'une infestation de jaunisse, maladie véhiculée par des pucerons. Il s'agira d'utiliser ces néonicotinoïdes par l'enrobage des semences. Malheureusement, si les graines sont mal enfouies, les oiseaux risquent de les ingérer et de mourir par empoisonnement. 

Officiellement, il s'agit de protéger les cultures. Mais c'est surtout un marché énorme qu'il s'agit de préserver. Ce type d'insecticide est énormément utilisé à travers le monde. Quelle tristesse (et honte) de voir que l'homme est incapable de sortir (et de vouloir sortir, devrais je dire) du shéma fric = fric = fric 

Allez, faites comme moi, signez la pétition de l'association " générations futures " pour que ces dérogations soient abandonnées. Voici le lien : https://www.change.org/p/julien-denormandie-insecticides-tueurs-d-abeilles-pas-de-dérogation

N'hésitez pas non plus à signer la pétition de Greenpeace pour protéger notre patrimoine forestier mondial qui part littéralement en fumée. Cette fois, c'est sur : https://www.greenpeace.fr/petition-deforestation/

 

Sophie COCARD. 

 

Mes sources : actu-environnement.com ; wikipedia.org ; fondation-nature-homme.org

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article