Une pièce de monnaie a deux faces, la mondialisation aussi

Publié le par Sophie COCARD

L'autre jour, j'ai eu comme un moment de flottement et une désagréable sensation de vertige. Hypoglycémie allez-vous diagnostiquer. Et non ! Ce symptôme m'est apparu suite à la déclaration du géant Alibaba  quant au single day en Chine. Le single day est le pendant du Black Friday américain ou des french days dans l'Hexagone. TIens, je fais une petite parenthèse sur l'origine du nom de cette fête commerciale chinoise : " single " en anglais signifie célibataire. Et ce n'est donc pas un hasard si la date du 11 novembre, soit le 11/11, est choisie. Toute cette série de " un " représente donc l'unité en tant que personne célibataire . Bon, mais revenons à nos moutons : si je suis restée dans un état extrême d'étonnement, c'est parce que le PDG d'Alibaba a annoncé des ventes records sur le site : 38,4 milliards de dollars dépensés en une journée !!! De la consommation de masse, effectivement. Il n'est cependant pas surprenant de constater que cela arrive ; les chinois ont seulement accès au pouvoir d'achat. Et c'est évident qu'ils veulent vivre de la même façon que les pays développés économiquement. Et qui serions nous pour le leur reprocher ? Disons plutôt que nous en avons bien profité pendant un moment et que c'est d'abord aux pays qui ont eu accès en premier à cette consommation de biens de décroître dans leurs habitudes d'achat. Empiler les objets comme on enfile des perles, est-ce bien là le sens d'une vie ? 

Moment de total désespoir quand j'ai appris que l'Observatoire national de la pauvreté va tout simplement être supprimé au 1er janvier 2020. Et pourtant, il me semble qu'il y a toujours des gens qui dorment dans la rue, des retraités ou des actifs qui vivent sous le seuil de pauvreté, etc. Il me semble que des statistiques sont même là pour prouver que la situation ne va pas en s'améliorant. Les mouvements de Nuit debout ou  des gilets jaunes, les manifestations des retraités sont autant de symboles concrets de cette crise sociale. Mais à croire que si le problème est ignoré, il disparait tout seul ... Et pourtant, un geste symbolique de cet étudiant qui s'est immolé devant le CROUS à Lyon devrait rappeler qu'en France , il y a de la souffrance, des difficultés. Je pense très fort à ce jeune homme de 22 ans qui est entre la vie et la mort. Et je pense à sa famille, à ses amis. 

Un même monde, deux facettes de l'argent. La sur-consommation d'un côté, la souffrance humaine de l'autre. Il paraît que c'est ça, le progrès ... 

Sophie COCARD 

 

Parmi mes sources : www.hubinstitute.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article