Citoyens, vous voulez que le groupe ADP reste dans le domaine public, alors DITES LE !

Publié le par Sophie COCARD

Au début du mois d'avril dernier, le Parlement adoptait la privatisation du groupe ADP (ex-aéroports de Paris) , ce qui signifie que l'Etat peut vendre plus de la moitié du capital de cette société. Pour rappel, ADP regroupe Charles-de-Gaulle, Orly, Le Bourget, une dizaine d'aérodromes, des centres commerciaux, une filiale dans la téléphonie et des parts dans le capital de nombreux aéroports internationaux. 

En réaction à cette décision, des députés ont déposé une proposition de loi afin visant à affirmer le caractère de service public national de l'exploitation des aérodromes de Paris, et ce pour empêcher cette privatisation.  Ils souhaitent qu'un référendum d'initiative partagé soit organisé afin que le peuple décide de l'avenir du groupe ADP. 

Pour que ce référendum soit mis en place, il faut que 10 % du corps électoral soutienne ce référendum, ce qui représente 4,7 millions de signatures, afin que le gouvernement déclenche ce référendum. 

Il est incompréhensible que ce groupe, dont la comptabilité est largement excédentaire, soit ainsi mis sur la sellette. Laisser partir ce bien public dans le secteur privé, c'est en plus prendre le risque de voir des wagons d'emplois disparaitre. Et la  sécurité ? Quand un bien est public, c'est évidemment un des points prioritaires examiné.

Vous avez jusqu'au 13 mars 2020 pour vous inscrire sur www.referendum.interieur.gouv.fr . Demandez haut et fort qu'un référendum soit mis en place pour que NOUS décidions quel avenir réserver au groupe ADP. C'est très facile de s'inscrire. En cinq minutes, c'est validé. 

Et surtout, n'hésitez pas à relayer l'information ! C'est important que nous, le peuple, puissions nous exprimer. Nous ne devons jamais oublier que toutes nos voix mêlées peuvent réellement se faire entendre.  

Sophie COCARD. 

NON A LA PRIVATISATION DU GROUPE ADP. Photo : Sophie COCARD

NON A LA PRIVATISATION DU GROUPE ADP. Photo : Sophie COCARD

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article