Quand la moutarde me monte au nez ....

Publié le par Sophie COCARD

Un autre article était en préparation. Je le publierai plus tard. Mais pour l'heure, je tiens à dire combien je suis déçue et en colère quant à notre manque de respect pour l'environnement. Ce sont des agressions quotidiennes, petites et grandes, envers notre planète. Et là, les exemples se situent à tous les niveaux. 

En début de matinée, je venais de regarder une vidéo (que vous pouvez retrouver sur you tube sous le titre : " La poutre en plastique dans l'oeil de l'Assemblée " ) qui retransmet quelques minutes d'une séance à l'Assemblée Nationale. François Ruffin propose une initiative (que je salue) simple à mettre en place et qui serait allée dans le sens du vote de l'interdiction des couverts jetables en France. Il souhaitait présenter un amendement pour supprimer les gobelets plastiques à la machine à café, et les couverts plastiques à la cantine. Rien de plus simple, me direz vous. Encore fallait-il le verbaliser. Mais visiblement, la notion de cohérence n'est pas la même pour tout le monde : il lui a été répondu que ceci est une question qui concerne le règlement intérieur de l'Assemblée donc qu'il n'est pas possible d'en discuter ici !!! De quoi en avoir les bras qui en tombent. Là, nous parlons de politiciens peu enclins à changer leurs habitudes.

Mais j'ai encore, malheureusement, pu me rendre compte que les citoyens, même s'ils se disent vouloir vivre dans un meilleur environnement, ne sont pas en reste. Après avoir vu la vidéo dont je viens de vous parler, je prends mon sac de déchets recyclables sous le bras comme je le fais toutes les semaines, et je file au conteneur pour y faire le dépôt du tri. Quel spectacle navrant en arrivant !!! Comme à chaque fois par ailleurs. Autour des conteneurs, il y a un amoncellement de déchets hétéroclites ; l'été, je ne mets que des chaussures fermées pour aller vider mes recyclables, tant cela peut être dégoutant. Ce matin, je m'approche d'un conteneur pour y placer le plastique, le papier. Et j'interromps mon geste. Si je n'ai vu aucun sac d'ordure ménagère astucieusement dissimulé entre deux conteneurs comme habituellement, c'est parce que certains se trouvent DEDANS !!! Autre surprise, aujourd'hui, dans les objets dont on se débarrasse pour ne pas aller jusqu'à la déchetterie, il y avait un balai (sans son manche ; peut-être la personne s'est-elle sentie deux fois moins coupable en mettant un demi-balai. Allez savoir ....).

Je n'ajoute aucune conclusion à ce texte. Les faits que je viens de décrire parlent d'eux-mêmes. 

Sophie COCARD 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article