BILLET D'HUMEUR VERTE

Publié le par Sophie COCARD

Et la palme revient à ... nous !!! Tandis que certains montaient avec élégance les marches à Cannes il y a peu de temps, nous venons d'en louper une de façon magistrale dans le domaine de l'environnement. Et bien sûr, la chute est rude.                                                                      

Le 5 mai dernier, c'était le jour du dépassement pour notre pays. Le jour du dépassement, quésaco ?  Et bien, il s'agit de la date à laquelle l'empreinte écologique de l'humanité dépasse la biocapacité de notre planète, c'est-à-dire la capacité de la Terre à régénérer ses ressources par rapport à notre consommation annuelle. C'est effrayant, vertigineux. Des questions me hantent : comment peut-on en arriver là ? Comment compte-t-on envisager de freiner la mondialisation, si les problèmes ne sont pas pris à bras le corps, et nos comportements modifiés ? Alimentation, transports, économie locale, énergies ... il y a tant à faire mais aussi tant de possibles à imaginer ou simplement à mettre en place lorsque les solutions existent. Prenons un exemple : nous connaissons maintenant en long, en large et en travers les dangers du glyphosate, que ce soit au niveau de la santé humaine ou environnementale. Nous avons les alternatives. Mais l'Europe prolongeait, en automne 2017, son utilisation pour cinq ans. Notre Président avait quant à lui pris un engagement en expliquant que notre pays sortira de cette utilisation d'ici trois ans. Mais ces derniers jours, l'association " Générations Futures " lançait une pétition pour rappeler ses engagements à notre Représentant et pour indiquer qu'à ce jour, aucune action concrète n'est mise en place. 

De même, lors d'une partie des Assises de l'alimentation, des mesures ont été adoptées pour permettre que les agriculteurs puissent vivre décemment de leur travail, ce qui est logique. Mais pensons aux petits pêcheurs qui sont victimes de ces gros chalutiers industriels qui nettoient consciencieusement les océans. Et comme si cela ne suffisait pas, la pêche électrique finit le travail . Les métiers de l'agriculture océane méritent la même protection que ceux de l'agriculture terrestre. Au sujet de la pêche électrique, je vous conseille d'aller sur le site de l'association " Bloom " qui explique les dangers de ce mode de pêche grâce à la réalisation d'une bande dessinée par deux illustrateurs. Corrosif et instructif. Allez-y, c'est bien expliqué. Et pensez à signer la pétition qui sera adressée à notre Président de la République afin de lui rappeler ses engagements quant la sortie de cette pratique. 

Penser différemment, et surtout à long terme pour que tous les enfants de demain et des ères suivantes puissent continuer à vivre sur notre belle Planète, agir différemment, ce devrait être un défi de tous les instants, allant de la plus grande décision au plus petit geste, mais pour l'instant, cela reste une belle utopie. A QUAND LA FIN DE L'OBSESSION DU FRIC ????  Parce que si notre Mère la Terre se met en colère, ce ne sont pas les euros, les dollars, les monceaux d'or qui nous sauveront. PROUVONS A NOTRE PLANETE QU'ELLE MERITE TOUT NOTRE RESPECT. Je crois vraiment que nous pouvons arriver à un formidable résultat. Tous les jours, des femmes et des hommes nous montrent que rien n'est impossible, tous domaines confondus. Parmi l'actualité de ces derniers jours, je retiendrai les rencontres successives entre les dirigeants des deux Corées. Et que dire du grand Scientifique Stephen Hawking, récemment disparu,  qui poursuivit ses recherches alors qu'il luttait contre la maladie de Charcot. Finalement, tout est une question de volonté .... 

Positivement vôtre,

PS : il fait ENFIN beau et je peux me mettre en jupe. Donc, je suis doublement positive ! (je vous rassure, il n'y a aucun risque à être surchargé de positivité. Au contraire, on peut partager doublement autour de soi :) 

 

 

Photo : Sophie COCARD. Laissons éclore les idées ... et le bonheur.

Photo : Sophie COCARD. Laissons éclore les idées ... et le bonheur.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article