FAITES VOTRE MARCHE !

Publié le par Sophie COCARD

Mondialisation, marché économique, libéralisation des marchandises ...., nous voilà emprisonnés dans ce labyrinthe que nous avons pourtant fait progresser en y adhérant au fil du temps. Le temps, justement,  de se rendre compte que ce qui nous avait été présenté comme magique n'était en fait que danger, et nous étions coincés dans ce piège. Et pourtant, malgré cette prise de conscience, malgré les avertissements des scientifiques dans tous les domaines, nous ne pouvons - et nous voulons ? - pas nous en dépêtrer. La machine broie, s'emballe, devient incontrôlable. Cet ogre a soif de pauvreté; d'exode rural, de dérèglement climatique, de souffrance humaine ... 

En tant que citoyenne, je suis effrayée. Des textes de lois sont votés alors qu'ils sont contraires au bien-être commun. Pour ne citer qu'un exemple, je pense au glyphosate dont l'autorisation d'utilisation a été prolongée pour cinq ans en novembre dernier. Et pourtant les effets néfastes sont démontrés tant au niveau humain qu'environnemental. Donc, outre le fait que la santé humaine soit affectée, tant pis également pour les abeilles tuées par les insecticides néonicotinoïdes en sachant que ces petits animaux sont de grands pollinisateurs et tiennent notre avenir entre leurs ailes. ... A ce sujet , on prête une phrase au génie Einstein: . "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés"... 

En tant que consommatrice, je suis atterrée. Que ce soit au niveau alimentaire ou non alimentaire ou encore dans le domaine des médicaments etc, nous consommons du danger. Quand nous mangeons, nous devons prendre des mesures de protection pour limiter l'ingestion des pesticides, des nanoparticules, du plomb ... qui envahissent nos assiettes. Je viens de lire l'ouvrage " Votre santé sans risque " du Dr Saldmann qui conseille d'éplucher une pomme avant de la manger !!! Et dire qu'avant l'ére de tous ces traitements, je n'aurais même pas eu l'idée de ne pas croquer à pleines dents dans mon fruit. Donc, maintenant, il faut enlever les épluchures pour enlever une partie des poisons. Bravo !!! A préciser aussi que tous ces résidus dangereux se retrouvent en grande partie dans les épluchures et pourtant, des articles apparaissent sur internet, expliquant comment cuisiner ses épluchures ... pour éviter le gaspillage alimentaire. Ah ah ah !!! ... Cela en serait risible si ce n'était pas pathétique et dramatique.

En tant que commerçante, je suis choquée. Et en colère. Je me soucie de mes clients. Alors je m'applique à trouver des produits respectueux de l'environnement , de l'humain, des conditions de travail des salariés, des consommateurs. Je veux du solide, du fini, du sans danger. Et ça existe. J'aime travailler avec des fournisseurs responsables. Je ne suis pas la seule à avoir ce réflexe. Je pense que si nous voulons sortir VERITABLEMENT de ce circuit qui consiste tout simplement à scier la branche sur laquelle l'humanité est installée, c'est d'abord par la modification de notre rapport à l'argent - qui est malheureusement devenue la seule vérité - , et par notre façon de consommer. J'aurai l'occasion de revenir sur cette question dans un prochain texte. Certaines choses me laissent perplexes. 

Mais heureusement, des éléments positifs prouvent que tout doucement, un contre mouvement se met en branle. Par exemple, les sociétés qui ont de mauvaises pratiques commencent à être davantage surveillées notamment par les associations de consommateurs qui font un travail très important. Cette année, 60 millions de consommateurs a décerné les prix cactus qui pointent du doigt les entreprises qui ont le plus abusé de leurs clients l'année précédente. Ces prix seront désormais décernés chaque année. 

Ne désarmons pas. Il se passe des choses positives. Les effets sont longs à venir mais je suis persuadée que nous arriverons à trouver la sortie de ce labyrinthe pour remettre l'Humain au centre de la société, de la vie.

Positivement vôtre, 

Sophie. 

Publié dans mondialisation

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article